Cisco étend sa pile logicielle Catalyst pour sécuriser le retour au bureau

le 05/05/2021, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), Sécurité, 1069 mots

Cisco étend sa pile logicielle Catalyst pour sécuriser le retour au bureau

Le pack de technologies dévoilé par Cisco s'appuiera sur les principaux systèmes câblés et sans fil existants pour, selon l'équipementier, permettre aux entreprises de mieux contrôler leurs environnements physiques et garantir un retour au bureau plus sûr et plus sécurisé. Si, selon IDC, plus de 52 % des employés continueront à travailler à distance ou en mode hybride dans l'ère post-Covid et profiter des aménagements réalisés par les entreprises pour supporter les bureaux distants, les autres pourraient revenir dans un espace professionnel modifié. « Dans ces bureaux, les capteurs et les dispositifs, utilisés auparavant pour gérer l'éclairage, les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, pourraient servir à surveiller le niveau d'occupation des locaux, la qualité de l'air, et au traçage des contacts », a déclaré Anoop Vetteth, vice-président de la gestion des produits au sein du groupe Enterprise Switching and Software Solutions de Cisco. « La technologie des bâtiments intelligents est toujours utilisée pour économiser de l'énergie, mais les données qu'elle génère pourraient également être exploitées par un réseau IT convergent, interconnecté et opérationnel pour rendre l'environnement plus sûr pour les employés qui reviennent au bureau, notamment en termes de distanciation sociale », a-t-il ajouté.

Afin de contribuer à cette sécurisation des environnements, le fournisseur a ajouté le support de son logiciel de géolocalisation DNA Spaces à sa gamme de commutateurs de branche et de campus Catalyst 9000. Basée sur le cloud, l'offre DNA Spaces est composée de la suite sans fil Connected Mobile Experience (CMX) de Cisco et de la technologie de géolocalisation d'entreprise acquise par l'équipementier avec le rachat de July Systems en 2018. CMX est un moteur logiciel qui utilise la localisation et d'autres informations glanées dans l'infrastructure sans fil de la firme de San José pour générer des données d'analyses et fournir des services mobiles aux clients. Le logiciel comprend également un service appelé IoT Gateway qui permet aux clients de gérer divers appareils IoT, facteurs de forme et protocoles de communication. « DNA Spaces remonte aussi des données analytiques qui permettent de savoir quelle personne et quel appareil se trouve dans tel ou tel lieu physique, et d'agir sur ces informations en temps réel », a déclaré Cisco. « DNA Spaces peut non seulement montrer quels espaces - grands magasins, salles d'attente, cafétérias - sont utilisés et à quel moment, mais aussi d'où viennent les occupants, combien de temps ils y restent, quelles ressources de données ils utilisent et où ils vont quand ils quittent ces lieux ».

Intégrer des terminaux avec plus de sécurité

Jusqu'à présent, le système était destiné aux environnements mobiles, mais Cisco l'introduit désormais dans le monde câblé des commutateurs Catalyst où le service pourrait trouver de nouvelles applications, comme l'espère l'équipementier. « Grâce à l'utilisation généralisée et à la puissance des commutateurs et des points d'accès Cat 9000, nous fournissons un service cloud capable d'interpréter et de normaliser la télémétrie de divers points d'extrémité dans un écosystème de bâtiments intelligents, de transmettre les informations à DNA Spaces et de permettre aux clients d'intégrer et de contrôler facilement des milliers de dispositifs différents », a déclaré M. Vetteth. « Avec ces données, les clients peuvent créer de nouvelles applications autour des concepts de bureau flexible, d'hôtellerie, mais aussi autour de la qualité de l'air, de la santé et de la sécurité, et de l'occupation des espaces et utiliser également les données de gestion intégrées à partir de systèmes tiers ». En effet, Cisco DNA Spaces peut intégrer des données provenant de nombreux systèmes tiers, notamment ceux d'IBM, Molex, Superior Essex Communications, Somfy, pour ne citer que ceux-là.

Parce que l'intégration des appareils IoT au réseau de l'entreprise peut-être un véritable cauchemar en matière de sécurité, DNA Spaces peut être associé à DNA Center de Cisco pour micro-segmenter et contrôler l'accès de ces appareils. Au coeur de l'initiative de mise en réseau automatisée de la firme, mais aussi plateforme centrale de contrôle du réseau, DNA Center offre une myriade de services pour les réseaux d'entreprise, depuis l'analyse, la gestion du réseau et des capacités d'automatisation, à la mise en place de capacités d'assurance, de provisionnement de fabric et de segmentation basée sur les politiques. « Grâce à l'intelligence du Cat 9K et de DNA Center, les clients peuvent classer tous les points d'extrémité et utiliser des outils d'analyse et autres outils pour bloquer l'accès aux applications et aux ressources en définissant des limites statiques et en les faisant respecter », a déclaré M. Vetteth. En outre, l'assurance réseau fournie par DNA Center de Cisco a la capacité unique de surveiller l'état de santé des dispositifs POE (Power-over-Ethernet) connectés et d'autres dispositifs câblés et sans fil dans un bâtiment. « L'équipe OT-ops dispose ainsi des outils pour planifier la consommation d'énergie de manière optimale et assurer un dépannage proactif afin de permettre aux employés de travailler en toute sécurité de façon productive », a écrit Anoop Vetteth dans un blog au sujet de l'annonce.

Gestion convergente des technologies IT et OT

« L'extension de DNA Spaces et de sa passerelle IoT Gateway aux produits Catalyst 9000 va permettre à un nombre beaucoup plus grand de clients de Cisco de profiter de la localisation et du suivi des actifs et ouvre la voie à de futurs cas d'usage intéressants », a déclaré Brandon Butler, analyste de la recherche senior chez IDC. « Dans un contexte post-COVID, les cas d'usage possibles sont très variés, par exemple envoyer une alerte quand les limites de capacité sont atteintes dans certaines zones, ou encore surveiller des espaces pour savoir ceux qui sont utilisés et à quelle fréquence », a déclaré l'analyste. « Un autre cas d'usage émergent de cette technologie concerne la gestion convergente des technologies IT et OT. Très souvent, les environnements OT sont très différents des environnements IT, mais les entreprises pourraient tirer des avantages considérables si elles pouvaient appliquer des politiques communes d'usage/accès, de surveillance/visibilité et de sécurité/analyse dans les secteurs IT et OT », a encore déclaré M. Butler. « DNA Spaces, avec la passerelle IoT intégrée, peut permettre de combler ce fossé. L'extension de DNA Spaces aux commutateurs Catalyst et aux points d'accès de Cisco devrait encourager les clients qui n'ont pas encore exploré cette technologie à réfléchir aux bénéfices qu'elles pourraient en tirer dans des initiatives autour du travail de demain, de l'IoT et des bâtiments intelligents », a-t-il ajouté. Les composants logiciels de cette offre seront disponibles ce mois-ci avec les licences DNA Advantage et DNA Premier.

Introduction en bourse attendue chez SentinelOne

L'éditeur de solution XDR SentinelOne enregistre une forte croissance de ses revenus mais aussi de ses pertes. Le dynamisme de son activité revient en partie à son réseau de partenaires à travers lequel...

le 10/06/2021, par Fabrice Alessi, 649 mots

Bain Capital et Crosspoint Capital rachètent ExtraHop

Les fonds d'investissement Bain Capital Private Equity et Crosspoint Capital Partners ont racheté le fournisseur de sécurité du réseau ExtraHop. Basé à Seattle, le fournisseur américain de cyberanalyse...

le 09/06/2021, par Eleanor Dickinson, ARNnet (adaptation Jean Elyan), 238 mots

Les composants open source ne sont pas suffisamment mis à jour dans...

Les failles découvertes et corrigées par les équipes de projet open-source dans le code open-source des logiciels réseau commerciaux ne seront pas forcément adoptées dans les éditeurs. D'où l'intérêt de...

le 04/06/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 929 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »