Google Apps, attrayant mais rudimentaire

le 24/08/2007, par François Lambel, Opérateurs/FAI, 287 mots

Encore très rustique, la suite bureautique en ligne Google Apps n'est pas capable de prétendre au remplacement des outils traditionnels.

Google Apps et ses fonctionnalités "rudimentaires" sont loin de pouvoir succéder aux suites bureautiques établies. On peut résumer ainsi les cinquante-cinq pages de l'étude réalisée par le Burton Group. Son titre "Google Apps en entreprise : coup de pouce ou coup d'arrêt à la carrière des architectes ?" donne d'emblée le ton. Celui d'une étude à charge contre Google Apps. Elle est publiée juste au moment où le nom de Google Apps commence à être connu et que Microsoft se prépare à lancer sa contre-offensive en ligne avec Windows et Office Live. Parmi les points faibles de Google Apps, le Burton Group souligne les suivants : - Document texte : Google Docs ne permet pas de créer une table des matières, des en-têtes, des bas de page et des notes de bas de page. - Tableur : Google Spreadsheet ne supporte pas les fonctions les plus sophistiquées et ne peut pas cacher des colonnes ou des lignes. - Enfin, il manque toujours à Google Apps un logiciel de présentation. En revanche, il lui reconnaît les points forts suivants : facilité d'utilisation, coût modique et, bien sûr, l'absence de problème de déploiement. Il demeure que pour une utilisation en entreprise, les analystes du Burton Group trouvent que l'offre de Google manque un peu de "professionnalisme". Tout en soulignant l'avantage d'un stockage centralisé des documents bureautiques, ils s'inquiètent du fait que Google ne garantit pas de continuité de service et se dédouane de toute responsabilité en cas de perte de données. Rien d'étonnant sur ce dernier point : tous les éditeurs s'exonèrent de leur responsabilité pour les dommages que pourraient occasionner les bugs de leurs produits.

Alliance de compétences autour de la 5G privée

À ce stade de la disponibilité de la 5G, les offres combinant un service cellulaire rapide avec des logiciels et du matériel compatibles seraient plus à même d'attirer les adopteurs précoces. Les récents...

le 27/10/2020, par Jon Gold, IDG NS ( adapté par Jean Elyan), 895 mots

Opérateurs et équipementiers misent sur les standards ouverts pour...

Les normes développées par l'Open Radio Access Networks (ORAN) Alliance pourraient permettre de créer des réseaux 5G interopérables pilotés par logiciels et moins dépendants d'un fournisseur unique. Les grands...

le 15/09/2020, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 904 mots

Les fréquences 5G en détails

Le spectre 5G se répartit en trois grandes bandes de fréquence dont les caractéristiques sont différentes et peuvent influencer la couverture et les stratégies de déploiement. Selon les experts, même si la...

le 27/07/2020, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 1130 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...