Intel cajole les développeurs Android en élargissant leur champ d'action

le 03/06/2014, par Jean-Pierre Soules avec IDG NS, Mobiles, 423 mots

A l'évènement AnDevCon à Boston la semaine dernière, Intel a confirmé ses ambitions dans le mobile mais a dans le même temps reconnu ses erreurs. Le fondeur corrige le tir en proposant de nouveaux outils de développement multi-plateformes.

Intel cajole les développeurs Android en élargissant leur champ d'action

Chez Intel, le directeur général de la division développement de produits  liés à la performance, aux clients et à l'informatique visuelle, Jeff McVeigh (en photo), a reconnu récemment que la société avait commis des faux pas dans sa stratégie sur les mobiles. Elle avait notamment estimé que la machine virtuelle Dalvik se taillerait la part du lion dans le développement des applications Android. Dans les grandes lignes, Dalvik se présente comme une couche intermédiaire entre l'OS  Android et les applications, convertissant celles-ci en exécutables Dalvik qui consomment moins d'énergie pour fonctionner, notamment sur les mobiles. Bien que Dalvik soit effectivement la solution de choix dans les développements pour Android, nombre d'applications les plus performantes  sont réalisées à partir du kit de développement natif  Android, ce qui supprime cette couche intermédiaire.

Sur le même sujetAprès les montres et avant la TV, Samsung lance son 1er smartphone sous TizenUn appel aux développeurs

«Si vous considérez les 2000 applications les plus vendus sur Google Play, seulement un tiers d'entre elles utilisent Dalvik, déclare Jeff McVeigh. Les autres deux-tiers ont partiellement recours à NDK (Native Developpement Kit), ainsi qu'à un code optimisé pour l'architecture spécifique».  De plus, selon Jeff McVeigh, malgré la croissance rapide d'Android qui en fait l'OS le plus répandu dans les mobiles, les développeurs  se couperaient  de l'ensemble du marché  en se focalisant uniquement sur cet OS et en négligeant iOS et Windows Phone.  Ils doivent avoir une vision multi-plateformes, multi OS et concevoir leurs applications dans cet esprit.  Pour cela, Jeff McVeigh  a vanté les mérites  des outils de développement Intel et notamment le kit XDK lancé au printemps dernier. Celui-ci permet l'approche HTML5 multi-plateforme et la création d'applications fonctionnant sur iPhone,  Android et Window Phone.

INDE plus large que XDK

Le dernier cadeau fait  par Intel aux développeurs Android se nomme INDE (Integrated Native Developer Experience), actuellement en version bêta. Son champ est plus large que XDK. Il permet notamment aux développeurs de travailler sur leur OS  préféré, puis de convertir le code en toute transparence dans une large gamme d'environnements fonctionnant aussi bien sur architectures Intel que ARM. En outre, Jeff McVeigh a annoncé que INDE comporte les derniers petits plus en matière de programmation, tels que  un jeu de librairie de traitements visuels  favorisant les captures d'écrans et le streaming, ainsi  qu'un compilateur C++ censé  augmenter de 30 %  les performances par rapport au bien connu ensemble de compilateurs GNU Compiler Collection.

L'iPhone 13 pourrait permettre un accès satellite

Les iPhone 13 pourraient utiliser les communications par satellite pour les urgences, mais ne vous attendez pas à utiliser votre smartphone pour passer des appels par satellite. Alors que la sortie de l'iPhone...

le 31/08/2021, par Roman loyola, IDG NS (adapté par Serge Leblal), 343 mots

La mise à jour iOS 12.5.4 vient corriger 2 failles critiques

Apple livre une mise à jour critique pour les anciens iPhone, mais pas pour les appareils sous iOS 14 Il est rare qu'Apple livre des mises à jour pour des terminaux qui n'exécutent pas la dernière version de

le 21/06/2021, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 354 mots

Un modem 5G signé Apple en 2023

Selon l'analyste Ming-Chi Kuo de TFT Securities, Apple ne pourra pas livrer de modem 5G maison avant 2023, au plus tôt. Lors de la dernière keynote, Apple a beaucoup parlé de la 5G de l'iPhone 12, mais dans...

le 11/05/2021, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 396 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...