L'Union Européenne a de nouveau Huawei et ZTE dans son viseur pour concurrence déloyale

le 10/12/2012, par Jean Pierre Blettner avec IDG News Services, GSM/3G/4G, 443 mots

L'Union Européenne se repose la question d'ouvrir une enquête pour concurrence déloyale de la part des équipementiers télécoms chinois. Elle s'interrogeait déjà en Mai dernier. Les Etats Unis, pour leur part, s'inquiètent des risques pour leur sécurité d'utiliser les équipements de ZTE et Huawei.

L'Union Européenne a de nouveau Huawei et ZTE dans son viseur pour concurrence déloyale

Le groupe des pays européens débat de l'opportunité de lancer une enquête sur les équipementiers télécoms chinois, selon le Wall Street Journal. Huawei Technologies et ZTE exercent une concurrence déloyale sur le marché des infrastructures mobiles européennes, selon une analyse distribuée par la Commission Européenne, a indiqué le Wall Street Journal vendredi 7 décembre.

La prise de conscience n'est pas nouvelle. Déjà, en mai dernier, la commission Européenne estimait disposer de « preuves très solides » de subventions illégales provenant de Chine. Rien n'avait été déclenché alors. La nouvelle était publiée par le Financial Times. 

La nouvelle analyse que s'est procurée le Wall Street Journal, indique que les deux équipementiers bénéficient d'un financement préférentiel de la part du gouvernement chinois, ce qui leur donne un avantage injuste à l'encontre des équipementiers mobiles européens. Huawei et ZTE vendraient 35% en dessous des prix du marché.

Le Wall Street Journal a déclaré qu'il avait examiné une copie de l'analyse, qui a été distribuée aux gouvernements nationaux. La Commission européenne est l'organe exécutif de l'Union européenne. Les fonctionnaires sont en train de décider s'il y a lieu de lancer une enquête complète sur les entreprises chinoises, au risque de déclencher une guerre commerciale avec la Chine, indique l'article.

Photo : Ren Zhengfei, PDG de Huawei



Le financement des équipementiers joue un rôle important dans le domaine des infrastructures mobiles, en liaison avec un déploiement massif de réseaux en se basant sur des hypothèses de chiffre d'affaires des services futurs.

Les équipementiers télécoms ont cité Huawei et ZTE comme faisant partie des causes qui ont tiré les prix des équipements mobiles vers le bas ces dernières années.

A l'heure où Alcatel-Lucent est particulièrement à la peine, les syndicats pointant des erreurs stratégiques, la bonne santé florissante et les ambitions de Huawei détonnent. 

Les deux équipementiers chinois, en particulier Huawei, ont fait face à une opposition politique aux États-Unis qui a nui à leurs efforts pour obtenir de gros contrats avec des opérateurs américains. Une commission du Congrès avait conclu que les produits des deux entreprises pourraient exposer l'infrastructure américaine au cyberespionage ou à des cyberattaques

Les deux équipementiers chinois répliquent en déclarant jouer selon les règles du jeu et mettent en avant leurs modes de fonctionnement comme preuve de leur bonne foi, qu'il s'agisse de Huawei ou de ZTE. Ce dernier se veut totalement rassurant en particulier sur son processus de délivrance des équipements télécoms aux opérateurs. 

La 6G accapare déjà les équipementiers

La technologie sans fil 6G ne sera peut-être pas disponible avant dix ans, mais l'on sait déjà qu'elle pourrait atteindre des vitesses de l'ordre du térabit, alimenter les appareils mobiles et permettre de...

le 07/04/2021, par Chris Nerney, Network World (adapté par Jean Elyan), 686 mots

Slicing : La virtualisation sans fil pour créer des services 5G et...

Qu'est-ce que le découpage du réseau (slicing) et comment utiliser efficacement la capacité sans fil des opérateurs pour mettre en place des réseaux virtuels qui répondent exactement aux besoins des clients ?...

le 10/02/2021, par Jon Gold, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1134 mots

5G en toute sécurité pour la SNCF à Nantes

En partenariat avec SFR, la SNCF expérimente depuis un an la 5G à Nantes. Outre un accroissement des débits, cette connectivité ne se fera pas sans cybersécurité. En 2019, la SNCF a lancé une expérimentation...

le 24/11/2020, par Bertrand LEMAIRE, 686 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »