Les boîtiers de TV sur IP : un marché estimé à 3 milliards de dollars

le 08/07/2010, par Benjamin Vauchel, Opérateurs/FAI, 376 mots

Le français Netgem est dans la course en ce qui concerne les boîtiers TV sur internet. Le marché pèse 3 milliards de dollars. Netgem a présenté ses solutions le 8 juillet à Paris. L'équipementier a mis en avant ses déploiements effectués chez Monaco Télécom et l'opérateur historique australien Telstra.

Les boîtiers de TV sur IP : un marché estimé à 3 milliards de dollars

L'équipementier Netgem part à l'assaut d'un marché estimé à 3 milliards de dollars et qui a connu une croissance de 25% l'année dernière, celui des Set Top Boxes IP.

Le 8 juillet, Netgem a présenté un bilan du premier semestre de son activité. Le chiffre d'affaires global atteint 74,3 millions d'euros. La part de l'international s'élève à 12 millions d'euros soit dix fois plus qu'en 2009 grâce essentiellement à la signature du contrat avec Telstra (l'opérateur télécoms historique australien). Le directeur général, Christophe Aulnette, a souligné la croissance de son entreprise par rapport à 2009.

Netgem envisage la Set Top Box comme un agrégateur de fonctionnalités c'est-à-dire un "media center". L'entreprise française estime qu'il faut placer toute la technologie de TV sur IP dans les box et non plus dans les infrastructures de services. Cela permettrait d'optimiser la délivrance des programmes TV.

Le logiciel Netgem TV implanté dans la box permet l'accès à de multiples sources de contenus comme du broadcasting, des services web ou encore une plateforme sur le réseau domestique de la maison. Un middleware permet en outre la lecture de nombreux langages internet tels que le HTML et assure la compatibilité avec Linux. Dernier point, un outil de développement (SDK) est placé dans la box afin de créer des application personnalisées à l'instar d'un appstore (magasin d'applications).

Netgem à également fait une démonstration du fonctionnement de ses solutions via le portail de Monaco Télécom qui comme Telstra est un de ses client. Ainsi les 17 000 monégasques souscrivant à l'offre de Monaco Télécom ont accès à un portail généraliste d'où ils peuvent regarder la TV, et également avoir accès à certains contenus web tels que Youtube ou encore à un système de VOD (Vidéo à la demande) et de vidéo de rattrapage (catch-up TV). Un dispositif de contrôle à distance permet l'enregistrement de programmes. A noter qu'un smartphone (iPhone, iPad, Blackberry etc.) peut faire office de télécommande via une application gratuite téléchargeable en ligne sur un magasin d'applications.

Photo : Set Top Box de Netgem, D.R

Le rapport de l'Anssi étrille Orange sur la panne des numéros...

Le rapport d'audit rendu par l'Anssi sur la gestion par Orange de la panne des numéros d'urgence du 2 juin 2021 éreinte l'opérateur historique. Commandes hasardeuses sur les équipements, lenteur dans la...

le 22/07/2021, par Jacques Cheminat, 579 mots

Avec la carte fibre, l'Arcep dresse l'état du haut débit en France

Déjà disponibles en open source, les données du moteur de recherche Ma connexion Internet sont maintenant fournies par l'Arcep sous forme de différentes cartographies. Elles affichent les informations sur les...

le 20/04/2021, par Maryse GROS, 413 mots

Une box fibre pour les pro chez Free

Décidé à secouer le marché des télécoms pour les entreprises, Iliad vient de dévoiler l'offre Free Pro avec une Freebox dédiée. L'abonnement comprenant un forfait fibre et téléphonie mobile est proposé sans...

le 23/03/2021, par Jacques Cheminat, 1022 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »