Les cybercriminels sont de fins psychologues

le 27/06/2007, par Eddye Dibar, Sécurité, 334 mots

Le cybercrime tend à s'appuyer sur une nouvelle composante pour se développer : la manipulation psychologique. Exit les campagnes de piraterie dont le seul but était de faire parler de leurs instigateurs. Aujourd'hui, les attaques en tout genre sont ciblées, personnalisées. Pour être efficaces, c'est à dire générer du profit ou collecter des informations personnelles, elles tentent d'exploiter nos vulnérabilités psychologiques. Une étude menée par l'éditeur de solutions de sécurité McAfee, en collaboration avec le professeur Clive Hollin, psychologue médico-légal de l'Université de Leicester au Royaume-Unis, souligne que les cybercriminels usurpent l'identité de personnes de confiance (ami, organisme légal reconnu), engagent un dialogue amical et exploitent des émotions comme la peur, l'insécurité ou la cupidité. L'objectif est de persuader les victimes d'ouvrir des pièces jointes, de cliquer sur un lien ou de saisir des informations confidentielles. Pour attirer l'attention, les pirates informatiques usent de titres accrocheurs en guise d'objets de leurs messages, en rapport avec le shopping ou les rencontres. Des suggestions du type «Cliquez ici pour recevoir une récompense» ou mises en garde telle que «pour éviter qu'il ne vous arrive quelque chose de regrettable» sont souvent intégrées dans les e-mails. Les cybercriminels tirent également profit des sujets d'actualité sensibles : événements mondiaux inquiétants ou susceptibles de faire vibrer la corde sensible des victimes potentielles ou encore manifestations sportives majeures. Selon cette même étude, tout utilisateur d'Internet peut se faire piéger. «Si les conditions sont réunies, c'est à dire que le message est persuasif et la situation et le profil de l'utilisateur s'y prêtent, la plupart des gens sont vulnérables aux informations trompeuses. Et ceci reste valable pour tous les utilisateurs, expérimentés ou non. La naïveté a certes une part de responsabilité, mais même les utilisateurs chevronnés peuvent se laisser duper et influencer», explique le professeur Clive Hollin. Enfin, Greg Day, analyste sécurité chez McAfee, constate que les criminels se liguent et mettent à profit leurs expériences pour peaufiner leurs stratégies d'attaques. Ils cherchent à contourner les barrières mentales plutôt que les logiciels de sécurité.

Le CISA n'a pas noté d'activités significatives avec Log4j

L'agence américaine de cybersécurité CISA ne peut pas exclure que des adversaires utilisent Log4j pour obtenir un accès persistant afin de lancer des attaques plus tard. Selon les responsables de l'Agence...

le 12/01/2022, par Cynthia Brumfield, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 1296 mots

Des solutions pour renforcer la sécurité de Kubernetes

Une vague de start-ups souhaite aider les développeurs à sécuriser leurs applications conteneurisées et orchestrés avec Kubernetes. Retour sur cet écosystème en pleine croissance. Pour les développeurs qui...

le 03/01/2022, par Scott Carey, IDG NS (adapté par Célia Séramour), 1643 mots

Comment les AirTag d'Apple sont détournés de leur usage

Le traceur d'Apple AirTag a de nombreuses utilisations positives mais son usage pourrait être détourné à de mauvaises fins. Apple a présenté 

le 21/12/2021, par Glenn Fleishman, Macworld (adapté par Célia Séramour), 1395 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...