Les Etats-Unis pourraient passer de 4 à 3 opérateurs de téléphonie mobile

le 05/06/2014, par Didier Barathon, Régulation télécoms, 447 mots

Le marché américain des télécoms est rythmé par les opérations  de cession et de rachats. Voda-fone  a cédé ses parts dans la filiale mobile de Verizon pour 130 milliards de dollars, AT&T s'est em-paré de DirectTV, un opérateur de télévision par satellite pour 48,5 milliards de dollars, Time Warner a racheté Comcast pour 45,2 milliards de dollars.

Les Etats-Unis pourraient passer de 4 à 3 opérateurs de téléphonie mobile

Les n°3 et 4 du marché américain des mobiles, Sprint et T-Mobile,  très agressifs commercialement mais avec des pertes financières, pourraient fusionner. Les autorités de régulation ont de nombreux arguments à opposer à ce projet. La fusion est logique non seulement en raison des pertes cumulées par les deux acteurs, mais surtout du fait de leur situation très minoritaire, à eux deux ils font 20% du marché. AT&T et Verizon verrouillent la situation. Les régulateurs sont d'ailleurs devant un dilemme, soit ils acceptent des rapprochements, dans ce cas ils réduisent la concurrence, soit ils forcent à tout prix le maintien de quatre acteurs mais les deux plus petits ne peuvent subsister.

Sur le même sujetIntel cajole les développeurs Android en élargissant leur champ d'actionLe dossier se double d'un aspect capitalistique. Sprint et détenu par le japonais Softbank à 80%. T-Mobile a pour actionnaire majoritaire, l'opérateur allemand Deutsche Telekom avec 67% du capital.  AT&T  a tenté en 2011 de racheter les parts de l'opérateur historique allemand, ce que lui a refusé la FCC afin de ne pas encourager un duopole Verizon / AT&T, ce dernier étant alors renforcé par T-Mobile qui est le trublion des télécoms mobiles aux Etats-Unis par sa politique tarifaire agressive, mais sans en tirer les bénéfices financiers. L'inverse de Free.

Le risque de réduire la concurrence

L'accord entre Deutsche Telekom et Softbank semble en bonne voie et permettrait de créer un n°3 capable de rivaliser avec les deux premiers, mais il reste soumis à l'approbation des autorités de régulation. Elles examineront en particulier le fait que ce rapprochement réduira le nombre d'acteurs donc la concurrence. Rien d'évident dans cette approbation des régulateurs. La capacité de Sprint à intégrer T-Mobile est également un sujet d'interrogation, cet opérateur a d'autres petites acquisitions à absorber et doit conduire des investissements.

En cas de succès, Deutsche Telekom détiendra 15% à 20% du nouvel ensemble. Il a déjà baissé sa participation en fusionnant T-Mobile avec une autre de ses filiales, Metro PCS, spécialiste du low cost, au mois de mai 2013. C'était dans le but d'accroître son portefeuille de clients. Mais la fusion a aussi généré des coûts, en particulier par le rapprochement des réseaux. 

Softbank est également engagé dans une partie délicate. Il doit absolument croître aux Etats-Unis pour devenir un acteur significatif et rentable. Il a d'ailleurs prévu de verser 1 milliard de dollars à Deutsche Telekom si le rachat de ne réalisait pas, faute d'accord des régulateurs.

Un réseau privé 4G/5G dans une usine Schneider Electric normande

En s'appuyant sur les solutions de Nokia intégrées par Orange Business Services, Schneider Electric a équipé son usine localisée Le Vaudreuil en Normandie d'un réseau 4G/5G privé en se servant de la...

le 09/07/2021, par Laurent Mavallet, 284 mots

Le chiffrement GEA-1 du GPRS affaibli dès l'origine par l'ETSI

Plusieurs chercheurs ont découvert que l'algorithme de chiffrement utilisé pour la connectivité GPRS des réseaux 2G avait été délibérément affaibli, ouvrant la voie au décryptage des communications. L'ETSI en...

le 18/06/2021, par Jacques Cheminat, 498 mots

Les failles du slicing 5G inquiètent les opérateurs

Des manquements dans les étapes de validation de la sécurité dans le découpage du réseau 5G exposent à un risque grave de violations de la vie privée et de la sécurité. Selon un rapport d'AdaptiveMobile...

le 12/04/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 543 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »