Passer au Multi-Gig avec un switch managé

le 09/02/2021, par Serge LEBLAL, LAN, 1130 mots

Avec la multiplication des solutions et services cloud, un réseau rapide et performant est devenu une nécessité dans les moyennes comme les petites entreprises. L'installation de commutateurs Multi-Gig managés avec des ports 10 et 2,5 Gigabits est devenue une option très intéressante, notamment avec un couplage WiFi 6. Nous commençons une série de tests sur ce sujet avec pour commencer le XGS1210-12 de Zyxel.

Passer au Multi-Gig avec un switch managé

Si les équipements 50 et 100 GbE ont commencé à se déployer dans les datacenters des entreprises et des fournisseurs de services cloud et télécoms, le commun des utilisateurs reste aujourd'hui scotché au Gigabit Ethernet. Le passage au MultiGig Ethernet - et même au 10GbE introduit en 2006 -  sur les postes de travail est une option à envisager dans les PME et les maisons connectées - notamment avec le développement du WiFi 6 - grâce à la commercialisation de commutateurs et d'adaptateurs meilleur marché.

 Des combinaisons optique/cuivre

Il y a dix ans, Intel déclarait qu'il s'attendait à ce que la plupart des ordinateurs de bureau incluent du 10 GbE, mais le problème a toujours été le prix. Les tarifs ont baissé, mais beaucoup moins vite que certains composants comme la NAND Flash :  si les adaptateurs réseau 10GbE sont vendus moins d'une centaine d'euros, les commutateurs 10GbE sont bien sûr commercialisés un peu plus chers. Si la carte mère du PC de bureau ou du laptop n'est pas équipée d'origine, comptez 80€ HT pour une carte PCI 10Gtek ou un adaptateur USB Sonnet Solo5G, puis - si le réseau local n'est pas encore au niveau - 100€ HT pour un petit switch managé Mikrotik CRS305 avec quatre cages SFP+ ou 159€ HT pour un commutateur managé Zyxel XGS1210-12 avec huit ports Gigabit, deux autres 2,5 GbE et deux cages SFP+.

Ces deux derniers sont toutefois livrés sans les modules SFP+ 10 GbE qui peuvent accueillir au choix des liens optique ou cuivre. Un module 10 GbE optique (300 mètres) est commercialisé au tarif de 20€ HT et un module cuivre 49€ HT (30 mètres). Et, il est parfaitement possible de combiner câble ou module optique ou cuivre. Le choix d'un lien cuivre ou optique est donc à considérer en fonction de la distance à couvrir entre les équipements réseau ou informatique. Une box Internet comme la Freebox Delta ou des NAS chez Qnap, TrueNAS et Synology peuvent par exemple exploiter des liens 10 GbE pour considérablement accélérer les échanges de données sur un réseau.

Des performances au rendez-vous

Pour évaluer les performances de ce commutateur Zyxel, nous aurions aimé reprendre un de nos anciens protocoles de test avec le générateur / analyseur de trafic SmartBits de Spirent Communications pour simuler un trafic avec plus de 1 000 hôtes virtuels, ce qui représente le grand nombre d'appareils connectés à un commutateur 10 Gigabits typique. Pour bien travailler, il aurait fallu disposer de quatre switchs du même type, deux au minimum, mais ce n'était pas le cas. Comme, il ne s'agit pas d'un comparatif, nous avons simplement relevé les vitesses de transferts sur un réseau 10 GbE avec un ordinateur équipé d'une carte mère avec un contrôleur 10 GbE Aquantia (sur une carte mère ROG Maximus XII Extreme), un NAS Synology 1818+ équipé d'une carte 10 GbE et d'un autre switch Mikrotik CRS305 avec quatre cages SFP+ équipées de modules cuivre 10 GbE et d'un câble DAC. Et, les taux de transferts annoncés sont bien là avec un débit multiplié pas 4 pour les échanges de fichiers avec le NAS.

Plusieurs composants clefs équipent le Zyxel XGS1210-12, un boitier compact en métal doté d'un système de refroidissement passif. Au coeur du switch, on retrouve un contrôleur Realtek RTL9302B cadencé à 800 MHz et capable de travailler avec 16 ports. La capacité de communication annoncée par le fournisseur monte jusqu'à 66 Gb/s. Les puces suivantes sont utilisées pour travailler avec la couche physique de la connexion : un circuit Realtek RTL8231 pour alimenter les 8 ports Gigabit et deux Realtek RTL8226, un pour chaque port 2,5 Gigabits. Enfin 128 Mo de RAM DDR3 assure la mémoire tampon. L'idée est de proposer un port adapté à chaque usage avec une paire d'emplacements SFP + 10 Gigabits (optique ou cuivre) vers un NAS, un serveur, ou une box Internet), deux ports RJ45 2,5 Gigabits - pour des points d'accès WiFi ou des postes de travail, et 8 connexions ordinaires 1 Gigabit - afin ee distribuer le trafic IP vers d'autres équipements au bureau (imprimante, caméra IP ou téléphone IP) ou à la maison (téléviseur, console, boitier domotique ou box TV).

Le gain de performances est - dans toutes les configurations - particulièrement significatif avec les équipements adéquats. Inutile de passer au Multi-Gig et au 10 GbE sans les adaptateurs adaptés. Les performances sont celles que l'on peut attendre d'un commutateur moderne de qualité. Si les huit ports principaux fonctionnent à des vitesses Gigabit standard, les deux ports supplémentaires de 2,5 Gigabits dopent les périphériques connectés. Les deux cages SFP+ sont là pour les plus gros besoins (NAS, serveur et box 10 Gigabits comme la Delta de Free en fibre). 

 

L'interface web de la console de gestion du Zyxel XGS1210-12 est datée. Des progrès sont attendus pour rattraper Meraki ou Ubiquiti. (Crédit S.L.)

Une console de management à refondre

L'autre intérêt du switch Zyxel XGS1210-12 réside dans sa partie managée, tout comme le Mikrotik d'ailleurs. Si le XGS ne bénéficie pas encore de la console cloud Nebula de Zyxel, il offre des avantages significatifs par rapport au même modèle non géré de la marque avec sa console de management web (192.163.1.3). La plateforme de supervision reste toutefois basique et moins ergonomique que celle de Meraki ou Ubuquiti. Un port ne peut être inclus que dans plusieurs VLAN et des groupes prédéfinis sont disponibles pour l'agrégation de ports. Lors de la configuration de QoS, il est possible d'utiliser des files d'attente basées sur le numéro de port, ainsi que l'utilisation de l'algorithme IEEE 802.1p.

Il est recommandé d'utiliser la console pour profiter de plusieurs options de personnalisation, sauvegarder des configurations et obtenir les mises à jour du firmware. Parmi les fonctionnalités intéressantes, on peut signaler la prise en charge de la surveillance IGMP (Internet Group Management Protocol) pour analyser les paquets échangés entre les périphériques et le switch afin de savoir quelles connexions nécessitent des transmissions multitâches IP. Si un appareil n'en a pas besoin, ils peuvent être éliminés et attribués aux appareils qui en ont besoin. C'est une fonctionnalité intéressante pour les appareils à large bande passante qui ont besoin d'une tonne de données.

Concurrent direct du Netgear MS510TX-PP (189€ HT), le Zyxel XGS1210-12 s'acquitte fort bien de ses tâches, ce qui en fait un choix parfait pour les Soho, les petits groupes de travail et les utilisateurs expérimentés. Le passage au 10 Gigabits est fluide tout en conservant des liens Gigabit Ethernet pour les périphériques.  

Passer au Multi-Gig avec un switch managé

Avec la multiplication des solutions et services cloud, un réseau rapide et performant est devenu une nécessité dans les moyennes comme les petites entreprises. L'installation de commutateurs Multi-Gig managés...

le 09/02/2021, par Serge LEBLAL, 1130 mots

Nornir automatise la gestion de réseau basée sur Python

Alternative à Ansibl, le framework Nornir promet moins de travail pour les développeurs de solutions d'automatisation du réseau. Nornir, un framework d'automatisation qui utilise directement Python, offre une...

le 03/05/2019, par Paul Krill, ComputerWorld (Adapté par Jean Elyan), 286 mots

Cisco domine un marché de l'Ethernet historiquement élevé

Depuis 12 trimestres consécutifs, Cisco détient plus de 50 % des parts du marché des commutateurs Ethernet et des routeurs au niveau mondial et il maintient sa position de leader, malgré la progression de...

le 05/03/2019, par James Henderson, IDGNS (adaptation Jean Elyan), 527 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...