Top départ pour la 6G en Europe avec Hexa-X

le 09/12/2020, par Dominique Filippone, Opérateurs/FAI, 337 mots

Embarqués dans le projet Hexa-X porté par l'Union européenne, équipementiers et opérateurs télécoms dont Nokia, Ericsson, Orange et Telefonica, ont enclenché développements et feuille de route en matière de 6G.

Top départ pour la 6G en Europe avec Hexa-X

Si loin et pourtant si proche. Alors que les réseaux 5G commencent à être déployés et en attendant une montée en puissance pour 2023 lorsque tous les coeurs et infrastructures auront été basculés sur cette technologie, la 6G commence déjà à sortir du bois. Pour ne pas rater le coche, l'Union européenne a lancé le projet Hexa-X dans lequel sont impliqués 25 acteurs dont des équipementiers et des opérateurs pour développer et jeter les bases d'une feuille de route 6G.

Le projet Hexa-X a reçu un financement de la Commission européenne dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne, une étape importante pour impliquer les principaux acteurs de l'industrie en Europe pour prendre les devants pour la prochaine itération de technologie réseau sans fil ultra haut débit. Débutant le 1er janvier 2021 il doit déboucher à l'été 2023 sur un plan d'action coordonné en matière de 6G.

Nokia nommé coordinateur du projet Hexa-X

Pour ce projet, il a été décidé que Nokia en serait le coordinateur tandis qu'Ericsson a été désigné en tant que responsable technique. De nombreuses sociétés sont impliquées dont Orange, Telefonica mais également Atos, le CEA, Intel, Siemens, ainsi que de nombreuses universités et écoles (Carlos III de Madrid, Pise, Dresden, Polytechnique de Turin...).

La technologie 6G devrait utiliser des ondes térahertz à très haute fréquence et fournir une connectivité avancée. Cette dernière devrait ouvrir des perspectives inédites à la fois en terme d'imagerie holographique temps réel mais aussi de connectivité accrue avec le corps humain - dont les contours restent encore à préciser - à partir de 2030. « L'avènement de technologies clés telles que l'intelligence artificielle, l'accès radio au-delà de 100 GHz, la virtualisation du réseau et les concepts de désagrégation promettent d'ajouter des capacités et des dimensions de conception importantes pour les réseaux sans fil », peut-on lire sur la page consacrée à ce projet.

La 5G privée se simplifie avec la start-up Ananki

Ananki espère attirer les entreprises vers la 5G en tant que service. Selon la start-up, elle est aussi simple à configurer que le WiFi et intègre des plateformes open source de l'Open Networking Foundation....

le 13/10/2021, par Jon Gold, IDG NS ( adapté par Jean Elyan), 516 mots

ThousandEyes au service de BT pour traquer les pannes

L'opérateur BT surveille et contrôle les pannes sur son réseau via la technologie ThousandEyes acquise par Cisco. Baptisée Cisco ThousandEyes Cloud and Internet Intelligence, la plateforme de surveillance de...

le 24/09/2021, par Michael Conney, Network World (adapté par Jean Elyan), 266 mots

Le rapport de l'Anssi étrille Orange sur la panne des numéros...

Le rapport d'audit rendu par l'Anssi sur la gestion par Orange de la panne des numéros d'urgence du 2 juin 2021 éreinte l'opérateur historique. Commandes hasardeuses sur les équipements, lenteur dans la...

le 22/07/2021, par Jacques Cheminat, 579 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...