La Manche a pris son destin numérique en main - 500.000 euros par an pour développer les usages - RT Infrastructure

500.000 euros par an pour développer les usages

Dossier par Charles Savary, 283 mots

Il ne suffit pas de déployer une infrastructure à haut débit ; il faut développer des services et inciter les particuliers et les entreprises à les utiliser. C'est l'une des priorités de Manche Numérique.

500.000 euros par an pour développer les usages Avec 99,95% des foyers desservis en haut débit, le département de la Manche rivalise en matière d'infrastructure avec les plus grandes métropoles telles que Marseille, Lyon ou Toulouse. Un effort d'équipement qui a coûté une centaine de millions d'euros, dont un quart d'investissements publics.

La dépense publique
amène la dépense privée

« L'argent public ne s'est pas substitué à l'argent privé ; il a eu au contraire un effet de levier. Cette infrastructure haut débit dense était nécessaire pour intéresser les opérateurs de services. Grâce à elle, le département devient comme une agglomération de 500.000 habitants déclare Philippe Le Grand, directeur du syndicat Mixte Manche Numérique. Mais pour les usagers, résidentiels comme professionnels, seuls comptent les services. « Nous investissons 500.000 € par an pour développer les usages, signale Philippe Legrand. La stratégie s'oriente selon quatre axes : développer les équipements dits structurants, tels que les espaces publics numériques ou les « visiorelais » de services publics ; les portails et les plates-formes de service (Santé Manche, Wiki Manche et la plate-forme de dématérialisation des documents) ; l'aide à l'incubation de services aux entreprises ou du plan CLE (Collectivités locales électroniques). Enfin, le dernier axe regroupe les démarches d'animation de terrain (formation, sensibilisation, séminaires...).

Le Gigabit pour tout le monde
« Le haut débit d'aujourd'hui sera le bas débit de demain, prévoit Philippe Le Grand. Aussi le syndicat mixte prépare-t-il son plan « Gigabit pour tout le monde ». « Nous avons déjà commencé à Saint-Lô et Cherbourg. L'objectif est qu'un Manchois sur trois soit raccordé en très haut débit en 2013, pronostique Philippe Le Grand.

Sommaire du dossier