La télévision sous le charme d'internet - Vidéo 3D en 2015 : 3 scénarios de développement à la télévision et au cinéma - RT Convergence

Vidéo 3D en 2015 : 3 scénarios de développement à la télévision et au cinéma

Dossier par reseaux-telecoms.net, 547 mots

Le succès de la vidéo 3D en tant que marché de masse dans 6 ans passe par le multi-support, estime l'institut IDATE. La technologie de l'autostéréoscopie permettra de s'affranchir de lunettes.

Vidéo 3D en 2015 : 3 scénarios de développement à la télévision et au cinéma
La vidéo 3D est un marché en devenir porteur de croissance pour les acteurs de la télévision et du cinéma, constate l'institut IDATE. Ce dernier propose trois scénarios de déploiement de la 3D à l'horizon 2015.

On aboutira soit à :

- Un marché de l'événementiel cinéma : ce scénario est centré sur l'exploitation de la 3D dans les salles de cinémas. Il permet un développement rapide de l'offre 3D, la chaîne technique étant prête. Néanmoins, ce marché 3D reste cantonné à une consommation événementielle et à une audience restreinte.

- La 3DTV : ce scénario est centré sur l'usage de la TV, au travers de programmes TV ou du Blu-Ray ou de la VoD. Pour atteindre un marché de masse à long terme, l'industrie devra absorber les différentes générations de 3D, la stéréo-, l'auto- et la multiscopique.

- La 3D multi-supports : c'est le scénario le plus favorable au développement d'un marché "de masse" de la 3D à l'horizon 2015. On aboutit à un cercle vertueux où l'exposition maximale des contenus 3D favorise la consommation, elle-même facilitée par la mise à disposition d'une offre riche et variée de contenus 3D, disponibles via de nombreuses plateformes.

Afin de parvenir à ces trois scénarios, l'Idate est parti de plusieurs éléments d'analyse :

- La stéréoscopie est le standard 3D actuel. C'est une technologie de première génération pour la vidéo 3D native. L'autostéréoscopie permet de s'affranchir du port de lunettes de visionnage, et devrait être le prochain format 3D.

Illustration : 3D sur écran PC (D.R.)



- Avec l'arrivée de la 3D, la chaîne technique audiovisuelle devra s'adapter. Le principal point en suspens reste le format d'image retenu en l'absence de standard dans l'industrie. De plus, pour apprécier la 3D, le spectateur devra s'équiper d'un nouvel écran compatible.

- L'industrie devrait bénéficier des efforts consentis lors de la transition à la HD, puisque la 3D réutilisera l'infrastructure HD en postproduction mais également en distribution.

- Le développement du cinéma 3D apparaït irréversible. L'ensemble de la chaîne technique semble répondre aux problématiques posées par la 3D, de l'accroissement du nombre de films produits à l'équipement des salles. Un modèle économique semble proche, avec un revenu par titre supérieur dans le cas des sorties 3D.

- Bémol : l'avenir de la télévision 3D semble moins clair. Les contenus sont rares, les modèles économiques ne sont pas établis et la question du niveau d'équipement des ménages en terminaux compatibles avec le visionnage en 3D est critique. Un standard commun est nécessaire. Il est également souhaitable que les synergies entre 3D et HD soient maximales pour assurer le développement de la 3D.

- Le marché du jeu vidéo va être dopé par sa facilité de transfert vers la 3D, dans un premier temps pour une consommation sur PC. Il pourrait ensuite être un levier crucial pour l'équipement des foyers en téléviseurs 3D, ce qui en retour faciliterait le déploiement des services de télévision à ce format.

Mais que vont faire les rois de la console de jeux comme Nintendo, Sony ou Microsoft quant à leur lancement de consoles de nouvelle génération sans qu'un marché des téléviseurs 3D se soit installé ?

Sommaire du dossier