Green IT : l'informatique poussée au vert permet des économies - Recyclage : les nouvelles règles du jeu - RT Infrastructure

Recyclage : les nouvelles règles du jeu

Dossier par Florence Boutoille, 576 mots

Les PC achetés depuis 2005 doivent être recyclés par le fournisseur. Seul le transport reste à la charge de l'entreprise. L'Europe encadre le recyclage des déchets électroniques.

Recycler les PC usagés est obligatoire depuis août 2005. La directive européenne WEEE impose aux fabricants et distributeurs de collecter, recycler ou valoriser les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE).

"Une entreprise peut demander à son fournisseur de collecter gratuitement les ordinateurs et leurs périphériques, achetés après le 13 août 2005, et de les retraiter", affirme Richard Toffolet, directeur technique d'Eco-systèmes, et spécialiste du retraitement des DEEE. Les fabricants de PC ont mis en place la collecte et le recyclage en s'appuyant sur des spécialistes.

Catherine Martial, responsable en charge des DEEE chez HP précise cependant : "HP recycle gratuitement le matériel HP acheté après le 13/08/05, mais le transport est à la charge de l'entreprise". La plupart des fabricants récupèrent aussi le matériel acquis avant août 2005, mais le service est payant, tout comme le recours en direct à un prestataire. Il faut alors vérifier que ce dernier a bien reçu l'accord de la préfecture.

Autre possibilité : négocier le rachat de certaines parties de son parc, pas trop anciennes, qui seront reconditionnées et revendues. Les sommes dégagées aideront au retraitement, coût unitaire de 8 à 20 €, des postes à détruire. Le gouvernement encourage d'ailleurs le reconditionnement via le programme Ordi 2.0. Si l'ordinateur ne peut être reconditionné, le prestataire récupère les matériaux. Le taux de recyclage dépasse souvent 65% et celui de valorisation (production d'énergie par incinération) atteint un peu moins de 75%. L'entreprise reçoit alors un certificat de recyclage. "Cette traçabilité sert aux entreprises certifiées ISO 14001 ou qui ont une démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises)", indique Catherine Martial. On s'assure ainsi que la valorisation s'effectue dans des conditions sanitaires décentes. L'ensemble d'un ordinateur n'est cependant pas recyclable.

"C'est le cas des dalles des écrans plats que l'on stocke en attendant qu'un procédé soit inventé", indique Richard Toffolet. La diversité des polymères et les retardateurs de flamme limitent aussi le recyclage. « Malgré leur très forte diminution, leur présence restera problématique pendant encore dix ans au minimum, estime l'ADEME. Autre problème : la collecte. "Sur 21 kg de DEEE jetés par an et par habitant, seulement 4 kg sont récupérés par un circuit de traitement certifié", constate Richard Toffolet. Greenpeace dénonçait d'ailleurs en août 2008, les conditions dans lesquelles certains déchets provenant d'Europe se retrouvent au Ghana. Dans deux décharges, l'organisation a constaté la contamination des sols et un travail de récupération réalisé par des enfants. L'organisation estime que, malgré une réglementation parmi les plus strictes au monde, l'Union Européenne « perd » 75% de ses déchets électroniques vers des pays à la réglementation minimaliste.

Des directives européennes exigeantes
L'Europe pousse les fabricants à respecter des règles afin de préserver l'environnement :
- RoHS (Restriction of the use of certain Hazardous Substances) interdit l'usage du plomb, mercure, cadmium, ...
- EuP (Energy-using Products) vise à réduire de 75% d'ici 2020 la consommation en veille des équipements de bureau. En 2010, ils devraient consommer moins de 1 Watt en veille (moins de 2 watts s'ils ont un affichage). Si possible, l'équipement aura une mise en veille ou une extinction automatiques.
- WEEE (Waste Electrical and Electronic Equipment) ou DEEE (Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques) pousse à intégrer le recyclage et la revalorisation du matériel dès sa conception. Les fabricants et leurs distributeurs doivent collecter le matériel et l'envoyer vers une filière de valorisation agréée.
- ISO 14001 vise à garantir l'amélioration environnementale continue des fabricants.
- REACH porte sur l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques

Sommaire du dossier